Direction artistique

La ligne éditoriale représente évidemment un enjeu capital pour un journal municipal. Mais pour susciter l'intérêt des lecteurs, au fil de chaque numéro, Mikael Le Naour, Directeur artistique de l’agence Bleu Equipage Communication, explique pourquoi le plus grand soin doit, aussi, être apporté à la forme graphique.

 

Donner de la personnalité

La direction artistique est l’expression visuelle des messages véhiculés dans une publication. Elle est la colonne vertébrale indispensable qui donne la personnalité au support, facilite la lecture et participe à la compréhension du journal.

Par le biais de la charte graphique, elle veille également à la cohérence visuelle d’un numéro sur l’autre. Jeux de caractères, utilisation de sigles, placement des textes et choix iconographiques sont autant d’éléments qui jouent un rôle primordial dans l’équilibre de la page.

Choisir un style typographique

Pour une mise en page fluide et dynamique, les choix typographiques sont importants. Ils doivent apporter une aisance de lecture et guider l’œil sans jamais perdre l’attention du lecteur. Le choix de caractère n’est pas fortuit puisqu’il donne la tonalité du magazine, une police « corporate » n’aura pas le même impact qu’un caractère « stylisé ».

Soigner la qualité iconographique

L’iconographie est l’autre facteur principal de la direction artistique. Les visuels ne viennent pas seulement illustrer le support mais bien pour apporter des informations complémentaires au contenu rédactionnel. Le choix d’une photo ou d’une illustration, le cadrage, les couleurs, participent donc aussi à la construction de l’identité du magazine.

Construire, hiérarchiser, aérer

Tous ces choix se formalisent dans une charte dont les maîtres-mots sont «hiérarchisation», «clarté» et «respiration». Cette charte, qui donne au lecteur les codes de lecture, doit être respectée au fil des numéros. Elle détermine la hiérarchie des éléments textuels (titre, chapô, texte courant, exergue, légende, etc.) et la place des éléments visuels (encadré, photo détourée, illustration, etc.). Elle définit aussi des temps de respiration dans la page (espacement entre les éléments, approche, gouttière, blancs tournants, etc.).